Mon titre

Saint-Orennaise de Peinture
Entreprise générale de peinture Toulouse et agglomération

Chantiers en cours

Appartement à Saint Orens

Couleurs_17122015


Peinture de volets à Drémil Lafage
peinture volets dremil lafage

Peintures intérieure et extérieure Ecoles Corail et Henri Puis à Saint Orens
peinture exterieure saint orens

Construction d'un lotissement à Castanet
chantier_en_cours_Castanet_Tolosan_210

Villas banlieue de Toulouse
BALMA_210

Volets à Toulouse
volets_toulouse_210

Construction d'un multi acceuil à Toulouse
creche toulouse


Bureaux à Saint Orens de Gameville
En_cours_bureaux_210

Travaux à venir:
Rénovation du Bâtiment Cabanac à Donneville
Rénovation intérieure d'une villa à Auzielle
Travaux d'aménagement intérieur des bureaux de la Direction du Développement Durable à Saint-Orens de Gameville
Réalisation de 8 logements individuels à Bruguières
Travaux intérieurs d'une villa à Toulouse
Création d'un club house à Balma

Construction de la résidence "Le Petit Prince" à Escalquens
Façade à Saint-Orens de Gameville
Réalisation de 16 logements collectifs "La Charbonnières II" à Toulouse

Peinture extérieure métal à Toulouse
Aménagement et rénovation d'une maison à Saint-Orens de Gameville
Rénovation d'une résidence à Balma
Construction de la salle de musculation à Saint Orens de Gameville
Construction du gymnase du futur lycée à Villefranche de Lauragais
Rénovation d'une villa à Caraman
Rénovation de la crèche Saint-Simon à Toulouse
Ravalement décoratif de façade à Cornebarrieu
Rénovation du magasin Eram à Saint Orens
Peinture de salon à Escalquens

Réalisations

Nombreuses réalisations chez les particuliers (maisons & appartements)  à Toulouse, Saint-Orens de Gameville, Labège, Castanet Tolosan, Escalquens, Lauzerville, Auzielle, Balma, Mons, Lanta, Vallesvilles, Odars, Vieille Toulouse, Pin Balma, Vigoulet-Auzil, Fourquevaux, Auzeville, Belberaud, Quint Fonsegrives, Drémil Lafage, Pechabou, Baziège, l'Union, Montrabé, Castelginest, Aucamville, Blagnac, Colomiers, Saint Martin du Touch, Tournefeuille, Cugnaux, Fonsorbes, Villeneuve Tolosane, Labastide Beauvoir, Portet sur Garonne, Aigrefeuille, Donneville, Trebons sur la Grasse, Lanta, Roques sur Garonne, Muret, Caraman, Saint Jean, Rouffiac Tolosan, Pompertuzat, Sainte Foy d'Aigrefeuille, Launaguet et d'autres communes autour de Toulouse.

Nature des travaux : détapissage, peinture des murs, plafonds, sols, huisseries, portes, placards, plinthes, mobilier, couvre-joints, trappes, corniches, cadres, séparatifs, escalier bois, baie vitrée, fenêtres, radiateurs, canalisations, hotte, toile de verre, papiers peints, revêtements muraux, salon, séjour, chambre, bureau, garage, cage d'escalier, sanitaires, cabinet médical, hall, auvent, planches de rive, lambris, pannes, chevrons, cheneaux, volets, portail, portillon, poteaux, poutres, garde corps, lisses, structure métallique, descentes EP, dauphins fonte, façade, nettoyage haute pression, isolation thérmique par l'extérieur, nettoyage fin de travaux

Marchés publics, collectivités, entreprises, gestionnaires de copropriétés, organismes publics et privés : 
Rénovation du Centre Médical au CREPS de Toulouse
Construction de logements de fonction à Rouffiac Tolosan
Rénovation d'un logement CCAS à Escalquens
Réfection de la façade immeuble Croix du Sud à Saint Orens
Travaux de peinture extérieure école maternelle à Castanet-Tolosan
Rénovation des locaux de la mairie d'Escalquens
Rénovation du Centre Culturel à Balma
Construction d'une école maternelle à Trébons sur la Grasse
Rénovation du groupe scolaire Dolto à Castanet-Tolosan
Travaux d'agrandissement de la salle des fêtes à Vallesvilles
Agrandissement mise en peinture bureaux Entreprise Leroy à Saint Orens
Rénovation de la halte garderie à Labège
Rénovation et extension d'une crèche à Toulouse
Ravalement décoratif façade du magasin Le Grand Comptoir à Saint Orens
Réaménagement de l'ancienne mairie en cabinet médical à Baziège
Construction d'un immeuble d'habitation à Toulouse
Construction d'un lotissement de 8 maisons à Castanet-Tolosan
Travaux d'embellissement de la salle des fêtes à Vallesvilles
Construction d'un centre Multi Acceuil Rangueil à Toulouse
Travaux de construction de l'extension de la Mairie de Balma
Réaménagement de la Maison Pastel à Labège
Réhabilitation et construction d'un vestiaire au stade de Caraman
Travaux d'embellissement intérieur et extérieur de l'école maternelle et primaire Henri Puis à Saint-Orens de Gameville
Travaux extérieurs d'embellissement de l'école Corail à Saint Orens
Construction de la médiathèque à Donneville
Rénovation de la cantine et logement de fonction à Vallesvilles
Construction de la crèche Ernest Renan à Toulouse








































































12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 1 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
norme française
NF P 62-202-1
Avril 2001
Référence DTU 53.1
travaux de bâtiment
revêtements de sol textiles
partie 1 : cahier des clauses techniques
E : building works - textile floor coverings - part 1 : technical specifications
D : Bauarbeit - Textile Fubodenbeläge - Teil 1 : Technische Vorschriften
Statut
Norme française homologuée par décision du Directeur Général d'AFNOR le 20 février 2001 pour prendre effet le 20 avril 2001.
Remplace la norme homologuée NF P 62-202-1, de mai 1993 (Référence DTU 53.1)
Par rapport au document remplacé, le présent document inclut notamment la pose des dalles plombantes amovibles et celle des alles collées.
d
Correspondance
A
la date de publication du présent document, il n'existe pas de travaux européens ou internationaux traitant du même sujet.
Analyse
Le présent document propose les clauses techniques à insérer dans un marché de travaux de revêtements de sol textiles dans les ièces sèches (E1 du classement UPEC) de tous les bâtiments.
p
Descripteurs
marché de travaux, revêtement de sol, revêtement en textile, dalle de revêtement, cahier des charges, pose, collage, spécification de matière, colle, textile, support, conditions requises pour exploitation, mise en oeuvre, état de surface, notice technique, mode 'emploi, entretien.
d
© AFNOR 2001
Membres de la commission de normalisation
Président : M MICARD
Secrétariat : M LAINE - BNTEC/UNRST
MME ANTOINE FORBO TAPIS INTERTUFT
- M BALCON SOCOTEC
- BEAUFILS SNI
- BERLEMONT BOULENGER SA REPRESENTANT UNRST
- COLOMBEL BONAR FLOORS
MME COUTANT CSTB
- M CREMONT REPRESENTANT UNRST
- DE BELLOY SYNDICAT NATIONAL DES MORTIERS INDUSTRIELS
MME DE BROISSIA SFEC
- M DEMANGE BNBA
- DEVILLEBICHOT EGF.BTP
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 2 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
- DURAND UMGO
- JOUBERT EFI REPRESENTANT UNRST
- LEBLANC SERDIB REPRESENTANT UNRST
- LEGO UNFCMP
- LEVEUGLE INTERFACE EUROPE SA
- MARQUE BALSAN
- MASSON BUREAU VERITAS
- MICARD JCM MOQUETTES REPRESENTANT UNRST
- MINASSIAN UFTF
- PERNIER MINISTERE DE L'EQUIPEMENT, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT - DAEI
- PICHARD AKZO NOBEL CEGECOL SNC
- PINCON BNTEC
- PINON CEBTP
- PITOT-BELIN ESCO FRANCE
- RICHARD TARKETT SOMMER SA
MME SALIMBENI CSTB
- M SASSOT CETEN-APAVE
- TESTAUD TESTAUD SA
MME TORCHIA AFNOR
M VERSINO GAMMA INDUSTRIES
M
ME VETTER CSTB
Sommaire
1 Domaine d'application
2 Références normatives
3 Matériaux
3.1 Matériaux de revêtement
3.2 Thibaudes pour pose tendue
3.2.1 Thibaudes textiles
3.2.2 Thibaudes en matériau synthétique
3.3 Thibaudes pour poses collées.
3.4 Autres matériaux
3.4.1 Pour la pose collée
3.4.2 Pour la pose des dalles plombantes amovibles
3.4.3 Pour la pose tendue des moquettes en lés
3.4.4 Barres de seuil
4 Supports
4.1 Supports neufs
4.1.1 Supports à base de liants hydrauliques
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 3 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
4.1.2 Supports à base de bois ou panneaux dérivés
4.1.3 Planchers surélevés
4.1.4 Autres supports
4.2 Supports anciens
5 Dispositions préalables à la pose
5.1 État du chantier
5.2 Travaux préparatoires
5.2.1 Sur support neuf
5.2.2 Sur support neuf à base de bois
5.2.3 Sur chapes asphalte
5.2.4 Sur supports anciens
5.2.5 Sur plats de marches dans les escaliers en maçonnerie
5.3 Degré d'humidité
5.4 Dispositions relatives à la pose sur sol chauffant
6 Mise en oeuvre
6.1 Dispositions générales
6.1.1 Stockage des matériaux
6.1.2 Disposition des lés
6.1.3 Disposition des dalles
6.1.4 Implantation - tracés (dalles)
6.1.5 Pose des revêtements textiles en lés
6.2 Pose par collage en plein des revêtements de sol textiles en lés
6.2.1 Colles
6.2.2 Collage
6.3 Pose par collage en plein sur thibaude des revêtements de sol textiles en lés
6.3.1 Pose dite pelable de la thibaude
6.3.2 Pose non pelable de la thibaude
6.3.3 Installation de la moquette sur la thibaude
6.4 Pose tendue des revêtements de sol textiles en lés
6.4.1 Dispositions générales
6.4.2 Pose
6.5 Pose par collage en plein des dalles
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 4 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
6.5.1 Application de la colle
6.5.2 Température d'emploi
6.5.3 Préparation de la colle avant encollage
6.5.4 Étalement de la colle
6.5.5 Consommation
6.5.6 Marouflage
6.5.7 Joints de dilatation
6.5.8 Finitions
6.6 Pose des dalles plombantes amovibles
6.6.1 Principes de pose
6.6.2 Pose des dalles
6.6.3 Implantation - tracés
6.6.4 Application du produit de préparation
6.6.5 Mise en oeuvre des dalles
6.6.6 Barres de seuil
6.7 Exigences vis-à-vis de l'ouvrage terminé
6.8 Prescriptions particulières pour la pose en escalier
6.8.1 Cas des revêtements de sol textiles en lés
6.8.2 Pose tendue en plein
6.8.3 Cas des revêtements de sol textiles en dalles
7 Livraison de l'ouvrage
7.1 Nettoyage
7.2 Protection du revêtement
7.3 Délai de mise en service
8 Utilisation de l'ouvrage
Annexe A (informative) extraits des DTU 21 et 26.2
A.1 extrait de la NF P 18-201 (dtu 21) « exécution des travaux en béton »
5.2.2 Parements des surfaces de dalles et planchers
A.2 extraits de la NF P 14-201-1 (DTU 26.2) « chapes et dalles à base de liants hydrauliques »
4.3 Chapes
4.3.1 Chapes incorporées
4.3.2 Chapes rapportées
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 5 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
Annexe b (informative) extraits de la NF P 63-203-1 (DTU 51.3)
3.1.6 Tolérance de l'ouvrage terminé
3.1.6.1 Planéité
3.1.6.2 Joints entre lames, planches et panneaux
3.1.6.3 Arase
Annexe c (informative) notice d'utilisation de la colle
C.1 famille d'adhésifs par référence à la NF T 76-011
C.2 informations pratiques
C.2.1 destination du produit
C.2.2 aspect
C.2.3 mise en oeuvre
C.2.4 réglementation et étiquetage
Annexe d (informative) notice d'utilisation du produit de préparation (fiche technique)
D.1 famille de produits
D.2 informations pratiques :
D.2.1 fonction assurée
D.2.2 aspect
D.2.3 mise en oeuvre
D.2.4 conditions de stockage
D.2.5 délai de stockage
D.2.6 réglementation et étiquetage
Annexe e (informative) entretien - maintenance
Bibliographie
1 Règles professionnelles
2
Autres documents
1 Domaine d'application
Le présent document s'applique aux travaux de revêtements de sol textiles en lés posés par tension ou par collage, aux dalles textiles nécessitant un collage définitif sur le support, ainsi qu'aux dalles plombantes ne nécessitant pas de collage définitif sur le support (ces matériaux sont dits « dalles plombantes amovibles » (DPA)). Il ne s'applique pas à la pose libre des revêtements en lés.
Le présent document concerne la pose des revêtements de sol textiles visés à l' article 3 dans tous les bâtiments quelle que soit leur destination, dans les pièces dites sèches caractérisées au sens du classement UPEC par l'indice E1au plus.
NOTE 1
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 6 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
Par exemple, locaux d'habitation, bâtiments civils ou administratifs, publics ou privés et commerciaux, locaux de l'industrie hôtelière et locaux analogues, établissements d'enseignement, bâtiments hospitaliers et assimilés.
En ce qui concerne le classement UPEC des locaux, on se référera à la notice sur le classement UPEC des locaux (Cahier du STB n° 2999, Novembre 1997).
C
Les présentes clauses techniques valent pour la pose :
- en construction neuve,
- en rénovation.
NOTE 2
S'agissant de la rénovation, on pourra également se référer au « Guide pour la rénovation des sols ; cas d'un nouveau revêtement e sol textile » publié par le CSTB (Cahier du CSTB n° 2055-1, Janvier 1986).
d
2 Références normatives
Le présent document comporte par référence datée ou non datée des dispositions d'autres publications. Ces références normatives sont citées aux endroits appropriés dans le texte et les publications sont énumérées ci-après. Pour les références datées, les amendements ou révisions ultérieurs de l'une quelconque de ces publications ne s'appliquent à ce document que s'ils y ont été incorporés par amendement ou révision. Pour les références non datées, la dernière édition de la publication à laquelle il est fait référence s'applique.
NF EN 1307
, Revêtements de sol textiles - Classement d'usage des moquettes (indice de classement : G 35-041).
NF EN 1470
, Revêtements de sol textiles - Classement des revêtements de sol aiguilletés, à l'exception des moquettes aiguilletées (indice de classement : G 35-043).
NF EN 13297
, Revêtements de sol textiles - Classement des moquettes aiguilletées (indice de classement : G 35-042).
NF G 35-033
, Revêtements de sol textiles. Classification des envers.
NF P 11-221
, Travaux de bâtiment - Travaux de cuvelage - Cahier des clauses techniques (Référence DTU 14.1).
NF P 14-201-1
, Travaux de bâtiment - Chapes et dalles à base de liants hydrauliques - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Référence DTU 26.2).
NF P 18-201
, Travaux de bâtiment - Exécution des travaux en béton - Cahier des clauses techniques (Référence DTU 21).
NF P 52-301
, Travaux de bâtiment - Prescriptions pour l'exécution des panneaux chauffants à tubes métalliques enrobés dans le béton - Cahier des charges (Référence DTU 65.6).
NF P 52-302-1
, Travaux de bâtiment - Exécution de planchers chauffants par câbles électriques enrobés dans le béton - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Référence DTU 65. 7).
NF P 52-303-1
, Travaux de bâtiment - Exécution de planchers chauffants à eau chaude utilisant des tubes en matériau de synthèse noyés dans le béton - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Référence DTU 65.8).
NF P 63-203-1
, Travaux de bâtiment - Planchers en bois ou en panneaux dérivés du bois - Cahier des clauses techniques (Référence DTU 51.3).
NF P 67-101
, Planchers surélevés (à libre accès) - Eléments constitutifs - Code d'essai.
NF P 67-102
, Planchers surélevés (à libre accès) - Eléments constitutifs - Spécifications.
NF P 67-103-1
, Planchers surélevés (à libre accès) - Eléments constitutifs - Exécution - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Référence DTU 57.1).
NF P 67-103-2
, Planchers surélevés (à libre accès) - Eléments constitutifs - Exécution - Partie 2 : Cahier des clauses spéciales (Référence DTU 57.1).
NF T 76-011
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 7 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
, Adhésifs - Classification des principaux adhésifs.
NF T 76-125
, Adhésifs - Détermination conventionnelle du pouvoir piégeant.
3 Matériaux
3.1 Matériaux de revêtement
Les moquettes tricotées, touffetées, tissées et floquées, en lés ou en dalles doivent répondre aux exigences de la NF EN 1307.
Les revêtements de sol aiguilletés en lés ou en dalles doivent répondre aux exigences de la NF EN 1470 et prEN 13297.
NOTE
Concernant ces différents produits, il existe notamment :
- pour les moquettes tissées, autres qu'en laine et les moquettes touffetées, les Certificats d'homologation de l'ITR, assortis d'un classement UPEC,
- pour les revêtements aiguilletés (plats ou à velours), les Avis Techniques assortis d'un classement UPEC ou les certificats NF-UPEC, qui définissent une bonne adéquation entre la qualité du produit et le classement du local ;
- pour les dalles, les certificats NF-UPEC.
3.2 Thibaudes pour pose tendue
Les thibaudes généralement utilisées peuvent être en textile ou en matériau synthétique.
NOTE
Une thibaude est un matériau manufacturé en rouleaux placé sous un revêtement de sol textile tendu et contribuant par sa ésilience et son élasticité aux qualités de confort et de durabilité du revêtement.
r
3.2.1 Thibaudes textiles
Elles se subdivisent en thibaudes aiguilletées en jute, thibaudes aiguilletées en mélange de poil animal ou synthétique, thibaudes textiles liées par piqûres (Maliwatt), thibaudes textiles imprégnées, thibaudes en petite largeur (pour escaliers).
3.2.1.1 Thibaudes aiguilletées en jute
Les qualités courantes sont aiguilletées sur film de PVC ou de polyéthylène ou encore sur toile de jute (poids compris entre 600 g/m2et 1 200 g/m2, épaisseur de 3 mm à 7 mm).
Utilisation admise :
Pose à plat. Elles ne conviennent que pour un trafic privatif (usage d'habitation).
A ne pas utiliser dans le cas de trafics importants (couloirs - lieux publics).
3.2.1.2 Thibaudes aiguilletées en mélange de poil animal ou synthétique
Poids compris entre 700 g/m2et 1 400 g/m2. Epaisseur de 5 mm à 10 mm.
Utilisation admise :
Pose à plat. Elles conviennent pour un trafic privatif ou collectif modéré.
3.2.1.3 Thibaudes textiles liées par piqûres (maliwatt)
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 8 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
Les versions les plus courantes sont les suivantes :
- soit en jute, poids de 800 g/m2environ, épaisseur 6 mm ;
- soit en déchets de bonneterie (laine, coton, fibres synthétiques ou mélanges), poids de 500 g/m2à 600 g/m2, épaisseur 5 mm à 7 mm ;
- soit en chlorofibres, poids de 800 g/m2à 1 200 g/m2; épaisseur 7 mm. Réservées à des poses nécessitant un classement feu particulier.
Utilisation admise :
Toutes poses (à plat ou en escalier) et tous trafics (usage privatif et collectif sans restriction).
3.2.1.4 Thibaudes textiles imprégnées
Il s'agit de thibaudes textiles aiguilletées en mélange de poil animal ou synthétique complétées par une imprégnation ; poids de 600 g/m2à 1 300 g/m2; épaisseur de 5 mm à 10 mm.
Utilisation admise :
Toutes poses à plat et en escalier et tous trafics (usage privatif ou collectif sans restriction).
3.2.1.5 Thibaudes en petite largeur (pour escaliers)
On distingue :
3.2.1.5.1 Les thibaudes sous formes de lés
Elles sont en poil animal, aiguilletées sur toile forte ou en fibres synthétiques imprégnées. Poids de 700 g/m2à 1 100 g/m2. Largeurs correspondant à celles des moquettes utilisées en escalier, minorées de 5 cm.
Utilisation admise :
Pose en escalier pour trafic important.
3.2.1.5.2 Les marchettes
NOTE
Ce sont des thibaudes synthétiques aiguilletées, contrecollées sur une feuille de caoutchouc qui confère au matériau des propriétés ntiglissantes.
a
Largeurs usuelles : 45 cm, 55 cm et 65 cm correspondant à des tapis d'escalier de 50 cm, 60 cm et 70 cm ; profondeur : une taille standard : 27 cm ; poids au mètre carré : 1 100 g ; épaisseur : 10 mm.
Utilisation admise :
Pose en escalier pour trafic important.
3.2.2 Thibaudes en matériau synthétique
Elles comprennent les mousses de latex, les mousses de PVC, les caoutchoucs cellulaires chimiquement expansés, les agglomérés de granulats de caoutchouc et les mousses de polyuréthanne agglomérées (poids de 600 g/m2à 3 000 g/m2; épaisseur de 5 mm à 15 mm).
Utilisation admise :
En fonction de leurs caractéristiques spécifiques, elles conviennent soit à des trafics modérés, soit à des trafics importants.
3.3 Thibaudes pour poses collées.
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 9 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
Les thibaudes généralement utilisées sont en matériau synthétique.
NOTE
Une thibaude pour pose collée apporte les mêmes avantages que la thibaude pour pose tendue ( voir 3.2 ) tout en s'affranchissant de la mise en tension de la moquette. Elle garantit en outre la tenue du revêtement lorsque certaines charges lui ont appliquées (chaise à roulettes par exemple).
s
3.4 Autres matériaux
3.4.1 Pour la pose collée
3.4.1.1 Enduit de lissage et de ragréage autolissant
Les produits de lissage utilisés doivent faire l'objet d'un Avis Technique assorti d'un classement P (au sens du classement UPEC) au moins égal à celui du local à revêtir.
NOTE
Dans les locaux dont l'affectation initiale correspond au classement P2, il peut être judicieux de prévoir un produit classé P3, afin de préserver les possibilités de changement ultérieur d'affectation de ces locaux.
En cas d'application sur chape asphalte (voir 4.1.3.1) ou parquet existant, cet emploi doit être visé favorablement par l'Avis echnique du produit de lissage et indiqué sur la notice technique du fabricant.
T
3.4.1.2 Colle
3.4.1.2.1 Principales colles utilisées par référence à la NF T 76-011 :
Colles à solvants organiques :
- caoutchouc synthétique : polychloroprène, polyuréthanne, styrène-butadiène (colles contact) ;
- résines naturelles colophane et dérivés (« solution alcool ») (COL) ;
NOTE
il existe des colles à base de résines naturelles non étiquetable Xi (taux de colophane).
- colles réactives : polyuréthanne mono ou bi-composant ;
- adhésifs en dispersion aqueuse :
- polyacrylique et copolymères (DAC),
- divers synthétique (DLS).
NOTE
Il existe des adhésifs en dispersion aqueuse sans COV (composés organiques volatils) et à faible taux d'émission intérieure.
3.4.1.2.2 Autres produits
- Produits de préparation : adhésifs permanents (utilisés pour DPA) ;
- fixateurs : colles pouvant s'éliminer après dépose du revêtement ;
- adhésifs pelables : colles ayant une faible cohésion et un « tack » limité permettant la récupération intégrale du revêtement et du support ;
- colles conductrices.
3.4.1.2.3 Colles utilisables en fonction des envers
Voir 6.2.1.1 .
3.4.1.2.4 Choix de la colle
Le choix de la colle doit toujours être adapté aux particularités du revêtement, aux conditions de mise en oeuvre et à l'usage projeté.
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 10 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
Les colles à utiliser sont indiquées par le fabricant du revêtement de sol textile.
NOTE
L
e fabricant de revêtement de sol se base à cet égard sur le dossier technique communiqué par le fabricant de colle.
Elles doivent être mises en oeuvre conformément aux indications du fabricant de colle.
3.4.1.2.5 Stockage de la colle
Les colles en dispersion aqueuse doivent être conservées à l'abri du gel et à des températures inférieures à 30 °C.
3.4.1.3 Nez de marches
NOTE
L
es nez de marches souples sont des profilés en caoutchouc ou en PVC. Il existe également des nez de marches rigides.
3.4.2 Pour la pose des dalles plombantes amovibles
3.4.2.1 Enduit de lissage et de ragréage autolissant
Voir 3.4.1.1
3.4.2.2 Produit de préparation pour la pose des dalles plombantes amovibles
Le produit de préparation doit faire l'objet d'une notice d'utilisation établie par son fabricant. L' annexe présente un modèle de cette notice.
NOTE
Ce produit a pour fonction essentielle de s'opposer au déplacement latéral des dalles :
- d'une part lors de la mise en oeuvre, en constituant un calage provisoire après serrage contre les dalles déjà en place,
- d'autre part sous l'effet du trafic ultérieur (notamment roulage de sièges ou de petits chariots).
Il faudra s'assurer que le produit utilisé est compatible avec la nature de l'envers des dalles, en consultant la notice de préconisation du fabricant de dalles.
3.4.3 Pour la pose tendue des moquettes en lés
3.4.3.1 Bandes d'ancrage
NOTE
Ce sont des baguettes généralement composées d'un contreplaqué CTB-X à cinq plis comportant au moins deux rangées de riffes (pointes en acier traité « anticorrosion »), inclinées à 60° et disposées en quinconce.
g
La longueur doit être adaptée à l'épaisseur de l'envers du revêtement (Figure 1).
Figure 1 - Bande d'ancrage fixée par clouage
3.4.3.2 Bandes pour joints
3.4.3.2.1 Bandes thermocollantes
NOTE
Bandes généralement tissées en fibres de verre ou polyester en trame et fils de coton en chaîne qui permettent d'assembler les lés ar collage à chaud et de tendre la moquette sans craindre une ouverture des joints.
p
3.4.3.2.2 Autres bandes pour joints
Les autres bandes, tissées ou non tissées autocollantes, (simple ou double face), ne sont admises que pour des emplois localisés.
NOTE
L
a plupart d'entre elles sont destinées à des poses temporaires ou amovibles.
3.4.4 Barres de seuil
NOTE
Ce sont des bandes métalliques de forme légèrement bombée en aluminium, en acier galvanisé, en laiton ou en inox, fixées abituellement par clouage ou par vissage après percement et chevillage. Il existe également des barres métalliques autocollantes.
h
4 Supports
Les supports sont les suivants.
4.1 Supports neufs
4.1.1 Supports à base de liants hydrauliques
4.1.1.1 Chapes rapportées ou incorporées
Les ouvrages sont exécutés conformément à la NF P 14-201-1 (Référence DTU 26.2) laquelle spécifie les dispositions en matière d'états de surfaces requis.
On trouvera en annexe A un rappel de ces dispositions.
4.1.1.2 Planchers et dallages en béton
Il s'agit d'ouvrages de l'un des types suivants :
- bétons surfacés soignés,
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 11 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
- dalles préfabriquées courantes et soignées.
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 12 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
Ces ouvrages sont réalisés conformément aux normes NF P 18-201 (Référence DTU 21) et NF P 14-201-1 (Référence DTU 26.2), qui spécifient les dispositions en matière de tolérance et l'état de surface requis et, en ce qui concerne les travaux de dallage, aux Règles Professionnelles provisoires, étant entendu que les tolérances de planéité et les états de surface sont les mêmes que ceux indiqués aux normes NF P 18-201 (Référence DTU 21) et NF P 14-201-1 (Référence DTU 26.2).
4.1.1.3 Ouvrage d'interposition sur planchers et dallages en béton brut et en béton surfacé à parement courant
NOTE
Les ouvrages d'interposition peuvent être :
- des chapes en ciment conformes à la NF P 14-201-1(Référence DTU 26.2) ;
- des chapes en produits spéciaux qui relèvent de l'Avis Technique.
L
es tolérances et l'état de surface des ouvrages d'interposition sont les mêmes que ceux de la chape rapportée.
4.1.1.4 Dispositions relatives aux risques de remontées d'humidité
Le support ne doit pas être susceptible d'exposer le revêtement posé à des remontées d'humidité sous quelque forme que ce soit.
NOTE
La dernière édition des Règles Professionnelles provisoires concernant les travaux de dallage a été publiée dans les Annales de l'ITBTP n° 482 de mars-avril 1990.
Le dallage sur terre-plein nécessite des précautions particulières. A ce titre, deux cas sont à distinguer :
- risque des sous-pressions accidentelles et passagères de la nappe phréatique.
Dans ce cas, une étanchéité du type « cuvelage » réalisée conformément à la NF P 11-221 (Référence DTU 14.1) est réalisée entre la forme et le corps du dallage ;
- pas de risque de sous-pressions accidentelles et passagères de la nappe phréatique, mais risque de remontées capillaires. Dans ce cas, une couche anticapillarité doit être disposée entre la forme et le corps du dallage.
Le cas de dallage sur terrain inondable n'est pas considéré.
4.1.1.5 Dispositions relatives aux sols chauffants
Ces sols doivent avoir été exécutés conformément aux normes NF P 52-301 (Référence DTU 65.6) , NF P 52-302-1 (Référence DTU 65.7), NF P 52-303-1 (Référence DTU 65.8) et au CPT « Chauffage par plancher rayonnant électrique » (Cahier du CSTB n° 2908 de septembre 1996). L'arrêté du 23 juin 1978 limite à 28 °C la température mesurée sur la surface du revêtement de sol.
4.1.2 Supports à base de bois ou panneaux dérivés
Ces ouvrages sont exécutés conformément à la NF P 63-203-1 ( Référence DTU 51.3 ) lequel spécifie les dispositions en matière de tolérances de planéité et de désaffleurements.
NOTE
On distingue les cas suivants :
- planchers porteurs sur solivage, mis en oeuvre à l'abri de l'eau,
- planchers sur lambourdes,
- planchers de doublage,
- planchers flottants.
P
our les planchers surélevés, se reporter à la norme NF P 67-103 (DTU 57.1) .
On trouvera en annexe B un rappel des dispositions précitées.
4.1.3 Planchers surélevés
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 13 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
Ils sont réalisés conformément aux normes NF P 67-101, NF P 67-102 et NF P 67-103 (Référence DTU 57.1) .
Ces planchers surélevés sont préfabriqués en usine et présentent une surface supérieure soit en panneaux de particules CTBS, soit métallique, soit en sulfate de calcium. Il sont livrés nus pour recevoir des dalles plombantes amovibles.
Dans le cas d'un collage permanent du revêtement, la mise en oeuvre ne doit pas entraver la facilité de démontage ultérieure du plancher surélevé.
4.1.4 Autres supports
4.1.4.1 Chapes asphalte
Ces chapes ne peuvent recevoir que des revêtements de sol textiles collés, après interposition d'un enduit de lissage adapté à cet usage.
Elles sont réalisées conformément au fascicule 8 du « Cahier des Charges de l'Office des Asphaltes ».
4.1.4.2 Divers
Ils sont exécutés conformément à leur Avis Technique.
4.2 Supports anciens
On pourra se référer au « Guide pour la rénovation des sols ; cas d'un nouveau revêtement de sol textile » Cahier 2055-1 du CSTB, Livraison 266 de janvier-février 1986.
Pour la mise en oeuvre des dalles (plombantes ou collées), la conservation d'un ancien sol textile n'est pas admise.
5 Dispositions préalables à la pose
5.1 État du chantier
La pose du revêtement de sol textile ne peut être effectuée que si les conditions ci-après sont toutes satisfaites :
NOTE 1
Les travaux de revêtements de sol textiles ne peuvent être entrepris qu'après mise en oeuvre du carrelage, des parquets et de tous ravaux auxquels le revêtement de sol textile doit se raccorder.
t
- clos et couvert réalisés ;
- travaux d'apprêt ou de peinture terminés sur murs et plafonds, ou séchage du gros oeuvre, des enduits et raccords (humidité maximale de 2,5 % pour les maçonneries et 5 % pour les plâtres) ;
- vérification de l'étanchéité des installations sanitaires et de chauffage ;
- absence de réhumidification des locaux.
NOTE 2
Aucun travail complémentaire ne doit être prévu qui puisse entraîner cette réhumidification.
- température des locaux au moins égale à + 12 °C
NOTE 3
En cas de pose à une température inférieure à 12 °C, il existe pour les DPA un risque important d'ouverture des joints au moment de la mise en service du local (et du chauffage).
- les portes laissent le jeu nécessaire pour la pose du revêtement ;
- le support est exempt de tous dépôts et déchets ;
- pose de plinthes terminée ;
- l'humidité relative ambiante ne doit pas dépasser 65 % au moment de la pose.
NOTE 4
Une humidité très élevée durant la période d'inoccupation des locaux précédant la mise en service du bâtiment risque d'entraîner
- lors de sa mise en chauffe - des ouvertures de joints préjudiciables au bon maintien du serrage des dalles.
5.2 Travaux préparatoires
5.2.1 Sur support neuf
5.2.1.1 Pose tendue de moquette en lés
Pour les revêtements en lés destinés à la pose tendue sur thibaude, le seul travail préparatoire consiste en un dépoussiérage du support préalablement nettoyé.
5.2.1.2 Pose collée de moquette en lés
L'application d'un enduit de lissage est obligatoire.
L'enduit devra être réalisé conformément au CPT pour l'exécution des enduits de lissage et de ragréage autolissant destinés à la préparation de sols intérieurs pour la pose de revêtements de sols minces (Cahier du CSTB n° 2843 d'octobre 1995, en cours de révision).
5.2.1.3 Pose des dalles
5.2.1.3.1 Emploi d'un enduit de lissage ou de ragréage autolissant
Pour les dalles collées, l'enduit de lissage ou de ragréage autolissant est systématique. Pour les dalles plombantes amovibles et selon le support, le tableau ci-après définit les conditions d'emploi d'un enduit de lissage.
L'enduit devra être réalisé conformément au CPT pour l'exécution des enduits de lissage et de ragréage autolissant destinés à la préparation de sols intérieurs pour la pose de revêtements de sols minces (Cahier du CSTB n° 2843 d'octobre 1995 en cours de révision).
Pour qu'il conserve un excellent état de propreté, il est recommandé de réaliser l'enduit de lissage très peu de jours avant la pose des dalles, tout en préservant un délai de séchage suffisant.
5.2.1.3.2 Application d'un produit de préparation spécifique
Cette opération ne concerne que les dalles plombantes amovibles et est décrite au paragraphe 6.6.4 .
5.2.2 Sur support neuf à base de bois
Aucun travail n'est nécessaire si le support répond aux exigences du paragraphe 4.1.2 . En particulier, on ne doit pas appliquer
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 14 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 15 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
d'enduit de lissage classique sur un tel support.
NOTE
Des procédés de rénovation des revêtements de sols anciens recourant à des enduits de lissage ont été spécialement étudiés pour tre utilisés sur supports porteurs en bois ; ils relèvent de l'Avis Technique.
ê
Pour la mise en oeuvre des DPA et s'agissant de l'application du produit de préparation, voir 6.6.4.1 .
5.2.3 Sur chapes asphalte
Ces chapes doivent recevoir un enduit de lissage adapté à cet usage (voir 4.1.4.1 .)
5.2.4 Sur supports anciens
Pour la pose sur supports anciens, des dispositions adéquates sont à prendre quant :
- à la reconnaissance des supports existants ;
- aux travaux préliminaires devant permettre l'application du produit de préparation dans les mêmes conditions que sur un enduit de lissage.
NOTE
On pourra consulter le « Guide pour la rénovation des sols, cas d'un nouveau revêtement de sol textile » (Cahiers du CSTB n° 055-1 - janvier-février 1986).
2
Pour ces travaux préliminaires de remise en état de support ancien on aura éventuellement recours à un procédé de rénovation bénéficiant d'un Avis Technique favorable spécifique pour cette utilisation.
5.2.5 Sur plats de marches dans les escaliers en maçonnerie
Le lissage de la surface en maçonnerie des plats de marches est effectué au moyen de produits de lissage ciment, dont l'aptitude à l'emploi est reconnue par un Avis Technique assorti d'un classement P3.
La mise en oeuvre est faite conformément au « Cahier des Prescriptions Techniques des enduits de lissage et de ragréage autolissant ».
5.3 Degré d'humidité
Lors de la pose, le support en mortier ou en béton doit présenter une siccité convenable (teneur en humidité n'excédant pas 5 % de la masse sèche déterminée en étuve ventilée à 70 °C).
NOTE 1
La mesure de la teneur en humidité peut être vérifiée à l'aide de la bombe à carbure. Dans ce cas, la mesure sera réalisée à une rofondeur d'au moins 4 cm.
p
Dans le cas d'une chape fluide, à base de sulfate de calcium, l'humidité résiduelle doit être inférieure à 0,5 %.
NOTE 2
A titre indicatif et pour une chape adhérente de 30 mm d'épaisseur, un délai de séchage d'au moins quatre semaines paraît nécessaire en période sèche et de cinq à six semaines en période humide.
Pour le séchage de l'enduit de lissage, un délai d'au moins 24 heures est nécessaire, éventuellement davantage en fonction de épaisseur de l'enduit et des conditions hygrométriques.
l'
Le support à base de bois doit être sec à l'air.
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 16 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
5.4 Dispositions relatives à la pose sur sol chauffant
Le séchage naturel du support doit être complété par une mise en route de l'installation de chauffage avant la pose du revêtement.
Ces sols doivent avoir été exécutés conformément aux normes NF P 52-301 (Référence DTU 65.6), NF P 52-302-1 (Référence DTU 65.7), NF P 52-303-1 (Référence DTU 65.8) et conformément au CPT « Chauffage par plancher rayonnant électrique » (Cahier du CSTB n° 2908 de septembre 1996). Température de surface du revêtement inférieure ou égale à 28 °C (arrêté du 23 juin 1978).
NOTE
Ces dispositions sont prévues en vue de stabiliser le support à la teneur en eau correspondant à ses conditions ultérieures de ervice et d'éviter une migration ascendante d'humidité.
s
Toutefois dans le cas d'une chape fluide à base de sulfate de calcium, on se reportera à l'Avis Technique spécifique.
Le chauffage sera interrompu depuis 48 h avant application de l'enduit de lissage si elle est nécessaire et ne sera remis en route que 48 h au moins après la mise en oeuvre du revêtement.
Dans le cas de chapes rapportées, on respectera les dispositions indiquées au paragraphe 5.3.
Dans le cas de planchers rayonnants électriques, on exclura conformément au CPT la mise en oeuvre des dalles à envers bitume ainsi que les revêtements à dossier mousse.
6 Mise en oeuvre
6.1 Dispositions générales
6.1.1 Stockage des matériaux
D'une manière générale, les matériaux doivent être entreposés dans des locaux fermés, à l'abri de l'humidité, dont la température doit être supérieure ou égale à 15 °C durant les 48 h précédant la pose.
Les dalles doivent être stockées à plat, sur une aire plane et continue (ne pas les stocker sur une palette à claire-voie), dans leur carton d'origine et sur une hauteur ne dépassant pas huit à dix cartons de 20 dalles.
Le produit de préparation et de collage doit être stocké à l'abri du gel et à une température inférieure à 30 °C.
6.1.2 Disposition des lés
Sauf prescriptions spéciales précisées dans le document particulier du marché, la disposition des lés doit répondre aux règles suivantes (qui ne s'appliquent pas aux placards) :
- la largeur des lés correspond à la laize usuelle du matériau employé ;
NOTE 1
Les laizes usuellement utilisées dans le bâtiment sont les suivantes :
- la laize de fabrication si elle est inférieure ou égale à 2 m ;
- la laize de 2 m si celle de fabrication est supérieure à 2 m.
On pourra, en outre, utiliser des largeurs plus grandes suivant prescriptions particulières du marché.
- chaque pièce ou local fermé est considéré séparément ;
- d'une façon générale, dans un même local et sauf prescription contraire de la part du fabricant, les différents lés sont disposés dans le même sens et proviennent d'un même lot (bain de teinture).
NOTE 2
Pour les moquettes à velours, cette disposition permet d'orienter le couchant du velours dans le même sens.
Sur les paliers et sur les sols inclinés, le couchant du velours des moquettes à velours « coupé » doit être orienté dans le sens de la descente ;
NOTE 3
Des dispositions particulières aux escaliers figurent au paragraphe 6.5.
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 17 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
- dans le cas de lés de 4 m refendus en deux en usine (cas général des moquettes touffetées), l'entrepreneur devra tenir compte du repérage pour reconstituer les lés de production.
NOTE 4
Cela a pour objet d'éviter le nuançage à la jonction entre les lés.
A cet effet, il se référera aux numéros de pièces ;
NOTE 5
Le fabricant doit donc réaliser en usine un système de repérage clair et efficace des pièces refendues.
- les revêtements de sol à décor répétitif doivent être raccordés de façon à assurer la continuité d'aspect d'un lé à l'autre ;
NOTE 6
Ils peuvent présenter des petits décalages ou lignages aux raccords entre les lés adjacents plus ou moins perceptibles à l'oeil selon le dessin choisi. Cette remarque est également valable pour les moquettes touffetées à envers textile feutre aiguilleté.
- deux lés d'une largeur inférieure à la laize normale usuellement utilisée dans le bâtiment ne peuvent être posés l'un à côté de l'autre. Ils peuvent, par contre, être posés de part et d'autre d'un lé normal à condition que ce soit en bordure de la pièce ;
- l'appareillage des lés doit être effectué de façon à minimiser le nombre de joints en bout, compte tenu de la longueur des rouleaux.
Les autres modalités de dispositions de lés sont laissées à l'appréciation de l'entrepreneur.
6.1.3 Disposition des dalles
La disposition des dalles doit satisfaire aux conditions ci-après qui contribuent à un bon comportement du revêtement en oeuvre.
Pour les cas où la forme du local (murs non parallèles ou courbes, nombre et position des accès, etc.) ne permet pas de les respecter toutes simultanément, ces conditions sont énumérées par priorité décroissante :
- Dans les zones de concentration prévisible du trafic (seuils de portes, virage dans une circulation, etc.), n'utiliser que des dalles entières ou des découpes assez grandes (surface au moins égale à la moitié de la surface d'une dalle entière).
- Sauf prescriptions spéciales précisées dans le document particulier du marché (DPM) ;
- chaque pièce ou local indépendant est considéré séparément ;
- chaque local est revêtu avec des dalles d'un seul coloris ; dans le cas contraire, le DPM doit définir le calepinage des dalles ;
- un coté des dalles est sensiblement parallèle au grand coté du local ;
NOTE
La pose « en diagonale » constitue une prescription spéciale : elle requiert des adaptations par rapport aux dispositions du aragraphe 5.2. « Pose des dalles » et elle est considérée comme plus délicate à réussir.
p
Pose sur planchers surélevés : même si le module nominal est identique, un décalage d'implantation entre support et revêtement de 10 cm à 15 cm au moins est à respecter ; il est exclu de pouvoir les superposer en raison des tolérances respectives de ces matériaux.
6.1.4 Implantation - tracés (dalles)
Si le revêtement mis en oeuvre est en dalles, l'entrepreneur réalise les tracés (ou lignes de base) nécessaires au respect des dispositions du paragraphe 6.1.3 et à l'alignement des dalles dans les deux directions.
6.1.5 Pose des revêtements textiles en lés
Deux modes de pose sont décrits, ici :
- la pose par collage en plein avec ou sans thibaude ;
- la pose dite « tendue » avec interposition d'une thibaude.
NOTE
Les Homologations de l'ITR et les Avis Techniques du CSTB indiquent le ou les mode(s) de pose prévu(s) par le fabricant pour le evêtement de sol textile considéré.
r
Des dispositions particulières aux escaliers figurent au paragraphe 6.5 .
6.2 Pose par collage en plein des revêtements de sol textiles en lés
6.2.1 Colles
6.2.1.1 Colles utilisables en fonction des envers
NOTE
L
e tableau suivant repose sur l'expérience pratique et l'état des connaissances techniques actuelles.
les envers des revêtements de sol textiles sont définis dans la NF G 35-033. Types de colle utilisables en fonction des envers
6.2.1.2 Notice d'utilisation de la colle
Les colles utilisées doivent faire l'objet d'une notice d'utilisation du fabricant de colle.
L' annexe C présente un modèle de cette notice.
6.2.1.3 Choix de la colle
Le choix de la colle doit toujours être adapté aux particularités du revêtement, aux conditions de mise en oeuvre et à l'usage projeté.
NOTE 1
L
'Avis Technique des revêtements de sol textiles et le Certificat d'Homologation de l'ITR précisent les familles de colles à utiliser.
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 18 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 19 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
Les colles à utiliser sont indiquées par le fabricant du revêtement de sol textile.
NOTE 2
L
e fabricant de revêtements de sol se base à cet égard sur le dossier technique communiqué par le fabricant de colle.
Elles doivent être mises en oeuvre conformément aux indications du fabricant de colle.
6.2.1.4 Stockage de la colle
Les colles à base de dispersion doivent être stockées à l'abri du gel et à des températures inférieures à 30 °C.
6.2.2 Collage
6.2.2.1 Préparation du matériau de revêtement
On procédera à la découpe des lés en laissant une marge suffisante dans les deux dimensions pour réaliser les joints et les arasements.
6.2.2.2 Étalement de la colle
6.2.2.2.1 Température d'emploi
Les températures d'emploi prescrites par le fabricant de colle doivent être respectées. En tout état de cause, les colles ne doivent pas être utilisées :
- à une température du support inférieure à + 5 °C ;
- à une température ambiante au niveau du support supérieure à + 30 °C.
6.2.2.2.2 Préparation de la colle avant encollage
Il est nécessaire d'homogénéiser les colles avant l'emploi.
6.2.2.2.3 Application de la colle
L'étalement de la colle s'effectue d'une manière régulière par simple encollage conformément aux instructions du fabricant de colle.
NOTE
Cet étalement est très généralement effectué au moyen d'une spatule dentelée.
Les modes d'application autres que la spatule dentelée (rouleau ; pistolet à air comprimé) demandent une technicité particulière.
- si l'on ne met pas assez de colle, la surface de collage effectif est insuffisante et il n'y a pas bonne adhérence entre la colle et le revêtement ;
- si l'on met trop de colle et si l'on n'augmente pas le temps de gommage en conséquence, on risque d'enfermer l'eau ou les solvants et le film de colle reste mou trop longtemps, ce qui peut provoquer des cloques et décollements.
En cas d'emploi de colles « résine alcool » (qui contiennent des solvants inflammables), les prescriptions réglementaires doivent être respectées :
- ne pas fumer, ni provoquer aucune flamme ou point chaud ;
- ventiler les locaux ;
- signaler le danger dans les locaux voisins.
La consommation indiquée par le fabricant de colle doit être respectée.
6.2.2.3 Pose du matériau
Les revêtements de sol textiles sont collés en plein sur le support soit par pose « en bateau », soit « à la déroulée ».
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 20 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
Selon la finition des lisières des revêtements de sol textiles livrés par le fabricant, les lés seront posés bord à bord ou à joints coupés.
6.2.2.4 Marouflage
Après collage, le revêtement doit être marouflé en partant du centre des lés et en allant vers l'extérieur. Le marouflage ne doit pas être fait avec un objet métallique.
NOTE
Il est à noter que le transfert de la colle sur l'envers du revêtement de sol est rarement total, même dans le cas d'un collage bien xécuté.
e
6.2.2.5 Arasements
Les revêtements de sol textiles ainsi collés sont arasés.
6.3 Pose par collage en plein sur thibaude des revêtements de sol textiles en lés
La pose des revêtements de sol textiles en lés peut se faire par collage en plein sur une thibaude conçue à cet effet. La thibaude est elle-même mise en oeuvre sur le support préalablement préparé (voir 5.2.1.2 ) par collage sur la totalité de sa surface.
Les dispositions du 6.2 s'appliquent dans leur ensemble à cette méthode de pose.
La thibaude est disposée perpendiculairement à l'axe futur du sens de pose de la moquette. En fonction des préconisations du fabricant, les lés sont installés bord à bord ou à lisières affranchies. La mise en oeuvre peut se faire de deux façons :
6.3.1 Pose dite pelable de la thibaude
Préalablement à l'installation de la thibaude, un adhésif pelable, recommandé par le fabricant de la sous-couche, est appliqué à l'aide d'une spatule adaptée à cet usage. L'affichage de la thibaude n'est réalisé que lorsque le séchage de l'adhésif est pleinement achevé.
NOTE
L
'affichage de la thibaude sur un adhésif imparfaitement sec entraînerait une liaison permanente de la thibaude au support.
6.3.2 Pose non pelable de la thibaude
La thibaude est mise en oeuvre classiquement, à l'aide d'une colle adaptée, recommandée par le fabricant de la sous-couche.
6.3.3 Installation de la moquette sur la thibaude
Les colles utilisées pour la pose du revêtement sur la thibaude ont nécessairement un caractère définitif à l'exclusion de tout adhésif pelable, produit de préparation ou fixateur.
Le film de colle doit garder, lorsqu'il est sec, une souplesse suffisante afin que la liaison revêtement/thibaude ne soit pas rompue à l'usage. Cela proscrit l'usage de colles solvantées dont le film durcit au séchage.
Le choix de la colle tiendra compte à la fois de la nature de l'envers de la moquette et des spécificités de la surface de la thibaude constituant le nouveau support de l'encollage.
6.4 Pose tendue des revêtements de sol textiles en lés
6.4.1 Dispositions générales
Les différents travaux de percement ne doivent pas endommager les diverses canalisations (eau - gaz - électricité) susceptibles de se trouver dans le sol sous-jacent.
NOTE
A cette fin, l'entrepreneur de revêtements de sol doit s'informer sur la composition du support et sur l'emplacement et la profondeur es tuyauteries (chauffage, eau, gaz) et des fils électriques.
d
6.4.2 Pose
La pose par tension se fait par ancrage :
- soit sur baguettes à griffes ;
- soit clouée.
6.4.2.1 Pose des baguettes à griffes
Les baguettes à griffes (ou bandes d'ancrage) placées à la périphérie de la pièce à recouvrir sont fixées :
- soit par clouage (clous à bois ou à béton) ;
- soit par collage, ce dernier mode de fixation étant impératif dans le cas de chapes flottantes.
Elles sont fractionnées et disposées à la périphérie de la pièce à recouvrir en prenant soin de laisser un espace le long du mur ou de la plinthe correspondant aux 2/3 de l'épaisseur du revêtement de sol textile utilisé.
L'utilisation des bandes d'ancrage nécessite l'emploi d'une thibaude qui compense l'épaisseur de la baguette.
NOTE
Ces bandes ont supplanté à peu près complètement le clouage de la moquette.
E
lles permettent de poser les moquettes tendues sans aucune fixation visible.
6.4.2.2 Pose de la thibaude
Les lés de thibaude sont disposés sur le sol et placés en retrait :
- d'environ 1 cm le long des baguettes d'ancrage (Figure 2) ;
Figure 2 mise en place de la thibaude
- d'environ 5 cm par rapport à la plinthe en cas de pose clouée.
Les joints sont assemblés de manière qu'aucune différence de niveau n'apparaisse après la pose de la moquette.
La thibaude doit être légèrement tendue, sans étirage, fixée par agrafage sur support bois ou par points de collage sur un sol dur.
6.4.2.3 Préparation du revêtement (découpage et raccordement des lés)
Les lés de moquette sont découpés puis assemblés de manière jointive aux dimensions des pièces à recouvrir, majorées de 10 cm afin de permettre les arasements (Figure 3).
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 21 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
Figure 3 mise en place du revêtement de sol
NOTE
L'assemblage des lés est assuré soit par couture, soit au moyen de bandes thermocollantes.
- Emploi de bandes thermocollantes :
Figure 4 exécution d'un joint par bande thermocollante
En cours d'assemblage, on parfait le joint par marouflage à la main en rapprochant les bords des lés.
- Raccordement par couture :
Les coutures peuvent être réalisées :
- soit à la machine,
- soit à la main.
6.4.2.4 Tension du revêtement
La pose est effectuée en utilisant un appareil appelé « coup de genou » et complémentairement une tendeuse à levier. Toutefois, on pourra se dispenser de l'utilisation de la tendeuse à levier dans le cas de pièces de petites dimensions (par exemple de l'ordre de 10 m2à 12 m2).
6.4.2.5 Ancrage du revêtement
6.4.2.5.1 Fixation par agrafage sur baguettes à griffes
NOTE
Lorsqu'il effectue la mise sous tension du tapis, le poseur procède généralement en trois étapes successives :
- d'une part, la mise en place à l'aide du « coup de genou » ;
- d'autre part, la tension à l'aide de la tendeuse ;
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 22 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
- enfin, l'accrochage avec le coup de genou.
Sans l'action de l'appareil, le revêtement sous tension s'allonge (Figure 5) et vient frotter les pointes de la bande d'ancrage.
Figure 5 mise sous tension du revêtement de sol
Lorsque l'effort de tension se relâche, le revêtement revient sur lui-même et son dossier s'accroche dans les griffes inclinées de la baguette (Figure 6).
Figure 6
6.4.2.5.2 Fixation par clouage
Dans le cas d'une pose clouée, les semences sont plantées à intervalles réguliers tous les 10 cm environ.
6.4.2.6 Arasement et blocage
Lorsque la tension et l'ancrage sont bien assurés, on procède à l'arasement (Figure 7) en laissant un surplus de 1 cm environ de moquette que l'on introduit dans l'espace ménagé à cet effet entre la bande à griffes et le mur (Figure 8) lorsqu'il s'agit d'une pose sur bandes d'ancrage ; 5 cm environ lorsqu'il s'agit d'une pose clouée pour permettre un repli du tapis.
Figure 7 arasement du revêtement de sol le long de la plinthe (1)
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 23 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
Figure 8 arasement du revêtement de sol le long de la plinthe (2)
6.5 Pose par collage en plein des dalles
D'une façon générale, qu'il s'agisse de velours coupé ou bouclé, les dalles doivent être disposées en damier : les flèches imprimées sur l'envers doivent être orientées à angle droit d'une dalle à ses voisines et toutes les flèches d'une même direction doivent être orientées dans le même sens.
Certaines qualités, qu'il s'agisse de velours coupé ou bouclé, peuvent permettre une pose unidirectionnelle (toutes les flèches imprimées sur l'envers dans le même sens).
Ce type de pose ne pourra être réalisé qu'avec l'accord explicite du fabricant et sous sa responsabilité car il présente une visibilité plus ou moins importante des joints en fonction de divers facteurs de construction du produit.
6.5.1 Application de la colle
Tous ces produits doivent être utilisés conformément à leur étiquetage et à la réglementation en vigueur.
6.5.2 Température d'emploi
Les températures d'emploi prescrites par le fabricant de colle doivent être respectées. En tout état de cause, les colles ne doivent pas être utilisées :
- à une température du support inférieure à + 5 °C ;
- à une température ambiante au niveau du support supérieure à + 30 °C.
6.5.3 Préparation de la colle avant encollage
Il est nécessaire d'homogénéiser la colle avant l'emploi.
6.5.4 Étalement de la colle
L'étalement de la colle s'effectue d'une manière régulière conformément aux instructions du fabricant de colle.
NOTE
Les modes d'application autres que la spatule dentelée (rouleau - pistolet à air comprimé) demandent une technicité particulière.
Si l'on ne met pas assez de colle, la surface de collage effectif est insuffisante et il n'y a pas bonne adhérence entre la colle et le revêtement.
Si l'on met trop de colle et si l'on n'augmente pas le temps de gommage en conséquence, on risque d'enfermer l'eau ou les olvants, ce qui peut provoquer des cloques et des décollements.
s
6.5.5 Consommation
La consommation indiquée par le fabricant doit être respectée.
6.5.6 Marouflage
Après affichage, la dalle doit nécessairement être marouflée afin d'assurer une bonne adhérence immédiate au support.
6.5.7 Joints de dilatation
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 24 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 25 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
Aux joints de dilatation :
- l'applicateur du revêtement doit veiller particulièrement au collage du revêtement de part et d'autre du joint ;
- les tranches du revêtement doivent être protégées.
NOTE
L
a conception des joints est à la charge du maître d'oeuvre.
6.5.8 Finitions
Des barres de seuil doivent être placées à toutes les ouvertures où le revêtement est contigu à un autre type de revêtement dans des conditions ne permettant pas la butée normale des dalles.
6.6 Pose des dalles plombantes amovibles
6.6.1 Principes de pose
Un revêtement en dalles plombantes amovibles doit se trouver partout en état de légère compression latérale, ce qui évite que le trafic ou les variations hygrométriques provoquent des glissements de dalles et des ouvertures de joints.
6.6.2 Pose des dalles
D'une façon générale, qu'il s'agisse de velours coupé ou bouclé, les dalles plombantes amovibles doivent être disposées en damier : les flèches imprimées sur l'envers doivent être orientées à angle droit d'une dalle à ses voisines et toutes les flèches d'une même direction doivent être orientées dans le même sens.
Certaines qualités de DPA, qu'il s'agisse de velours coupé ou bouclé, peuvent permettre une pose unidirectionnelle (toutes les flèches imprimées sur l'envers dans le même sens).
Ce type de pose ne pourra être réalisé qu'avec l'accord explicite du fabricant et sous sa responsabilité car il présente un risque de visibilité plus ou moins importante des joints en fonction des divers facteurs de construction du produit.
6.6.3 Implantation - tracés
L'entrepreneur réalise les tracés (ou « lignes de base ») nécessaires au respect des dispositions du paragraphe 6.1.3. et à l'alignement des dalles dans les deux directions.
6.6.4 Application du produit de préparation
6.6.4.1 Cas où cette application est obligatoire sur toute la surface du local
- Dans tous les locaux, quelles que soient les dimensions sur les supports suivants :
- bois ou panneaux à base de bois ;
- revêtement conservé (plastique, carrelage, marbre) à l'exclusion des revêtements de sol textiles dont l'état ne nécessite pas l'application d'un enduit de lissage ;
- sur plancher métallique.
NOTE
Sur plancher métallique, d'autres systèmes que le produit de préparation peuvent s'opposer au déplacement des dalles tout en préservant leur amovibilité, sous la responsabilité du fabricant des dalles.
- Dans les grands locaux (au moins une dimension ≥12 m)
NOTE
On peut toutefois fractionner le local par un quadrillage de rangées de dalles collées en plein, tous les 12 m au plus.
- Dans les locaux soumis au trafic de chariots à roulettes (couloirs de bâtiments administratifs, bureaux, etc.)
6.6.4.2 Mise en oeuvre du produit de préparation
Le produit de préparation nécessaire est mis en oeuvre selon les indications figurant sur la notice d'utilisation établie par le
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 26 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
fabricant (voir Annexe C ci-après).
Après séchage de ce produit, la pose des dalles peut commencer.
NOTE
Un délai d'attente insuffisant est un facteur susceptible, en particulier dans les zones de fort trafic, de compromettre par la suite amovibilité des dalles.
l'
Lorsque le support est un plancher surélevé, l'application du produit de préparation ne doit pas entraver la facilité de démontage ultérieur du plancher surélevé. Il convient notamment de prendre des précautions au niveau des joints des dalles du plancher.
6.6.5 Mise en oeuvre des dalles
6.6.5.1 Pose de la première rangée
Cette phase de la mise en oeuvre a pour but de constituer une rangée de dalles bloquées qui servira de butée pour le serrage des dalles suivantes.
NOTE 1
Ce blocage peut être obtenu grâce à l'effet d'appui contre les murs opposés des découpes de dalles insérées aux extrémités de la angée.
r
Une première dalle est posée le long d'une ligne de base et maintenue immobile.
La mise en place des autres dalles de la rangée consiste pour chacune d'elles à, simultanément, l'ajuster le long de la ligne de tracé et la serrer fortement contre la dalle précédente.
NOTE 2
Pour assurer le maintien de la première rangée de dalles, des bandes adhésives peuvent convenir, sous réserve d'être réconisées par le fabricant de dalles qui en aura vérifié la compatibilité avec l'envers de ses dalles.
p
6.6.5.2 Pose des autres dalles (sauf en rives)
Une fois vérifié le parfait alignement de la première rangée de dalles, le travail se poursuit généralement par la réalisation d'une autre rangée complète, perpendiculaire à la première.
L'applicateur remplit ensuite avec des dalles entières chaque espace ainsi délimité, l'effort de serrage s'exerçant en diagonale vers celles déjà en place sans en altérer l'alignement.
6.6.5.3 Pose en rives
Les fractions de dalles placées en rives doivent être posées bien serrées entre la plinthe et la dernière dalle entière pour assurer le maintien définitif du revêtement.
NOTE
Cela nécessite un découpage très précis en fonction de l'espace à remplir et éventuellement un collage de la fraction de dalle pour ssurer la tenue du revêtement.
a
6.6.5.4 Joints de dilatation
En l'absence de profilé, les dalles franchissant un joint sont recoupées le long de celui-ci et fixées par collage de part et d'autre.
NOTE
Les revêtements en DPA sont parfois réalisés sans interruption au droit des joints de dilatation lorsque l'inconvénient d'interstices momentanés entre dalles est considéré comme moindre que celui dû à la présence de profilés qui rompent la continuité d'aspect u revêtement.
d
6.6.6 Barres de seuil
Des barres de seuil doivent être placées à toutes les ouvertures où les dalles sont contiguës à un autre type de revêtement.
6.7 Exigences vis-à-vis de l'ouvrage terminé
En ce qui concerne les revêtements de sol textiles en lés à dessins, les motifs doivent être raccordés de façon à assurer la continuité d'aspect d'un lé à l'autre.
Un revêtement textile en lé collé doit être plan, sans interstice entre les lés.
Une moquette tendue doit rester bien à plat.
De plus, les moquettes en petite largeur doivent présenter des coutures bien rectilignes.
S'agissant des dalles, le revêtement doit présenter des joints bien fermés (ne comportant nulle part d'interstice entre les dalles).
NOTE
Si les dalles ont été mises en oeuvre de façon plombante, et que cette mise en oeuvre a été correctement conduite, un effort ertical, exercé près de l'angle d'une dalle entraîne le soulèvement des dalles contiguës au voisinage de cet angle.
v
6.8 Prescriptions particulières pour la pose en escalier
6.8.1 Cas des revêtements de sol textiles en lés
6.8.1.1 Pose tendue en passage (moquette de largeur de 0,50 m à 1,40 m)
Quelle que soit la forme de l'escalier, le poseur doit prévoir une réserve de la valeur d'une marche (Figure 9) en haut ou en bas de la volée de façon à permettre la montée ou la descente ultérieure du tapis, en particulier la translation des emplacements de nez de marche.
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 27 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
Figure 9 mise en place de la réserve en prévision des remontées ultérieures du revêtement de sol en cours d'usure
Sur le bec de marche, la moquette doit être déroulée dans le sens de fabrication et le couchant du velours des moquettes à velours « coupé » orienté dans le sens de la descente.
6.8.1.2 Sur escalier bois tournant ou droit sur escaliers tournants
Le passage doit être centré sur la première marche palière (Figure 10), puis fixé et tendu par clouage ou par ancrage sur bandes sur le fond de la marche suivante (Figure 11).
Figure 10 pose du passage sur escalier tournant
Figure 11 tension du revêtement dans le cas d'une pose en escalier
Il doit ensuite être déroulé en respectant l'axe de foulée (Figure 12).
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 28 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
Figure 12 axe de foulée
NOTE
L'axe de foulée que l'on appelle également « ligne de foulée » ou encore « ligne de giron » est la ligne de passage suivie dans un escalier tournant par des personnes de taille moyenne.
Elle est tracée généralement à 0,50 m du collet (extrémité la plus étroite d'une marche balancée).
Cette ligne de passage doit obéir à la formule suivante :
0,60 m 〈2H + L 〈0,66 m
où :
- H est la hauteur de marche
- L est la longueur de giron sans le surplomb éventuel du nez de marche.
Le clouage doit toujours commencer par le côté le plus large de la marche, le surplus de tapis étant résorbé par une pince (Figure 13) et remonté dans la contremarche, derrière le revêtement (Figure 14).
Figure 13
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 29 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
Figure 14 mise en place du revêtement de sol dans un escalier tournant pour les escaliers droits
Le passage doit toujours être centré également de part et d'autre.
6.8.1.3 Sur escaliers en sol dur (ciment - pierre - carrelage)
Le passage doit être centré sur la première marche palière et fixé :
- par clouage (clous à tube) ;
- par agrafage (sur bandes d'ancrage).
Le passage peut aussi être tendu sur chaque marche par une tringle, elle-même rattachée au sol par deux pitons vissés ou scellés.
La tringle doit pouvoir coulisser afin de permettre la dépose du tapis.
Dans le cas d'escalier tournant, les pinces doivent être cousues.
Au rez-de-chaussée, en bas de la première marche, le tapis doit être maintenu par un fourreau cousu dans lequel la tringle coulisse.
La tringle elle-même doit être maintenue au sol par ses deux pitons.
6.8.1.4 Sur paliers
Le passage est fixé au sol par clouage au moyen de semences ou de clous à tube. Il doit être replié à chaque extrémité avec une réserve, puis maintenu par des clous à tube ou des semences espacés de 8 cm à 10 cm.
Sur la longueur, le tapis doit être fixé :
- soit par semences espacées de 25 cm environ ;
- soit par clous à tube espacés de 40 cm environ.
Le passage posé sur les paliers doit toujours recouvrir le tapis des volées de l'escalier.
NOTE
Dans le cas de paliers demi-croisés (Figure 15), le tapis de la volée est arrêté sous le tapis du palier et cousu à celui-ci. La différence d'épaisseur est alors rattrapée par la thibaude.
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 30 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
Figure 15 passage demi-croisé
NOTE
Dans le cas de paliers croisés (Figure 16), le tapis de la volée de l'escalier se prolonge de part et d'autre sous le tapis du palier. Dans ce cas, on fixe la croisure aux quatre coins par des clous ou des vis à fourreau.
Figure 16 passage croisé
Toutes les croix et jonctions doivent être cousues.
6.8.2 Pose tendue en plein
Escaliers et paliers : on applique les dispositions prévues aux paragraphes suivants :
- prescription particulière pour le couchant du velours pour les moquettes à velours coupé (voir 6.1.2 ) ;
- pose par clouage (voir 6.3.2.7) ;
- arasement et blocage (voir 6.3.2.8).
La tension du revêtement s'opère au poinçon ou à la pression du genou.
Les bandes d'ancrage doivent être doublées dans l'angle constitué par la marche et la contremarche (Figure 17).
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 31 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
Figure 17 pose tendue en plein
Les tapis d'escalier doivent toujours être posés sur des thibaudes ou des marchettes spéciales.
Sur le bec de marche, la moquette doit être disposée parallèlement ou perpendiculairement au sens de fabrication.
Si le nez de marche est nécessaire, le profilé utilisé doit comporter des griffes d'ancrage sur lesquelles le tapis est tendu.
6.8.2.1 Pose par collage en plein
NOTE
Le poseur peut se servir pour cela d'un « marchigraphe » qui lui permet de mesurer avec précision la forme de la surface à écouper.
d
6.8.2.1.1 Sans profilé de nez de marche
La pose s'effectue en partant du haut de l'escalier, la coupe du revêtement étant effectuée marche et contremarche ensemble.
On procède ensuite à l'encollage marche par marche.
NOTE
Le nez de marche doit être disposé parallèlement ou perpendiculairement au sens de fabrication.
Figure 18 pose collée en plein
Le poseur maroufle soigneusement le plat de marche (2) et arase au creux de la contremarche supérieure (3).
Il termine (Figure 19) en formant le dessous du nez de marche (4). Il maroufle sur la contremarche inférieure (5) et arase à son creux (6).
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 32 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
Figure 19
Le revêtement est appliqué de manière à bien l'assujettir au support.
6.8.2.1.2 Avec profilé de nez de marche
Le découpage s'effectue marche et contremarche séparément.
L'ordre des opérations est le suivant :
- pose de la contremarche ;
- pose du nez de marche ;
- pose du plat de marche.
Cela étant, les opérations de collage sont effectuées comme indiqué dans le paragraphe précédent.
6.8.3 Cas des revêtements de sol textiles en dalles
6.8.3.1 Prescriptions particulières
Entre le revêtement d'une contremarche et le revêtement du plat de marche supérieur, on doit placer obligatoirement un profilé qui, par ses caractéristiques et son mode de mise en oeuvre, présente la robustesse et la durabilité correspondant à l'usage.
S'agissant des dalles plombantes amovibles, la mise en oeuvre sur les marches et contremarches se fait toujours collée.
6.8.3.2 Pose des nez de marches
6.8.3.2.1 Nez de marches métalliques
Les nez de marches métalliques avec ou sans bandes antidérapantes sont vissés ou collés sur leur support.
Le choix du mode de fixation des nez de marches doit tenir compte de la sévérité du trafic.
6.8.3.2.2 Nez de marches souples
Les nez de marches, droits ou corbins, en caoutchouc ou en plastique, sont fixés par collage avec des colles adaptées à cet usage.
NOTE
La pose par double encollage est la solution actuellement la plus employée.
E
n aucun cas, la languette du nez de marche ne doit être supprimée, l'intégralité du profil du nez de marche doit être conservée.
7 Livraison de l'ouvrage
7.1 Nettoyage
Lorsque la pose est terminée, le revêtement doit être livré propre, exempt de taches de colle et de déchets provenant de la pose.
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 33 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 34 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
NOTE
Il
est conseillé de condamner l'accès des locaux jusqu'à la réception de l'ouvrage par le maître de l'ouvrage ou son représentant.
7.2 Protection du revêtement
Généralement, il n'y a pas lieu de prévoir de protection particulière du revêtement de sol.
Toutefois, si les conditions de terminaison du chantier nécessitent la pose d'une feuille de protection, celle-ci ne doit être disposée qu'après séchage de colle.
7.3 Délai de mise en service
Pour les revêtements de sol tendus en lés et les dalles plombantes amovibles, la mise en service du revêtement est immédiate.
En revanche, pour les revêtements de sol collés, il est nécessaire d'attendre 48 h environ avant de mettre les locaux en service.
NOTE
On pourra se référer à cet égard au « Guide pour la rénovation des revêtements de sols ; cas d'un nouveau revêtement de sol extile », publié par le CSTB.
t
8 Utilisation de l'ouvrage
S'agissant de la mise en oeuvre des dalles plombantes amovibles, l'attention du maître d'ouvrage est attirée sur les points suivants :
- Le repositionnement de dalles déposées (par exemple pour accéder à un équipement, électrique ou autre, situé sous le revêtement) doit être fait sans retard et requiert une certaine expérience.
En particulier si l'installation d'un tel équipement après la pose des DPA concerne une fraction notable de la surface du local, ce travail doit être fait sans retard avec l'entreprise de revêtement de sol ;
- La permutation en temps utile des dalles situées dans les zones les plus exposées au trafic permet d'utiliser au mieux les possibilités des revêtements de ce type ;
- En cas de remaniement des dalles, sauf s'il est très localisé, il y a lieu :
- de vérifier si le produit de préparation remplit toujours sa fonction de maintien ;
- s'il est peu efficace, d'en faire une nouvelle application avant repose des dalles ;
- Pour l'entretien, le nettoyage et le détachage, il y a lieu de tenir compte des indications du fabricant du matériau relatives aux précautions éventuellement nécessaires ne figurant pas dans les « guides » cités dans l'annexe E ; par exemple, limitation quant au choix :
- des produits utilisables pour le détachage compte tenu de la sensibilité de certains envers à leurs constituants.
- des techniques de rénovation, en particulier pour des dalles à velours coupé posées en damier. Cette dernière disposition est également applicable aux dalles collées.
Annexe A (informative) extraits des DTU 21 et 26.2
A.1 extrait de la NF P 18-201 (dtu 21) « exécution des travaux en béton »
5.2.2 Parements des surfaces de dalles et planchers
Les spécifications concernant les parements des surfaces de dalles, dallages et planchers sont données dans le tableau ci-après.
Tableau sans légende dans : 5.2.2 Parements des surfaces de dalles et planchers
NOTE
L
'état de surface des dallages à usage industriel n'est pas traité dans le présent texte.
A.2 extraits de la NF P 14-201-1 ( DTU 26.2 ) « chapes et dalles à base de liants hydrauliques »
4.3 Chapes
4.3.1 Chapes incorporées
NOTE
D
es états de surface différents peuvent être prescrits par les DPM (tels que bouchardage ou striage).
Sous la règle de 2 m, aucune flèche supérieure à 7 mm ne doit être observée après déplacements en tous sens sur la surface du support.
Sous le réglet de 0,20 m, aucune flèche supérieure à 2 mm ne doit être observée après déplacements en tous sens sur la surface du support.
L'état de surface obtenu après dressage à la règle, talochage manuel ou mécanique et lissage est fin et régulier.
4.3.2 Chapes rapportées
4.3.2.1 Cas général
Sous la règle de 2 m, aucune flèche supérieure à 5 mm ne doit être observée après déplacements en tous sens sur la surface du support.
Sous le réglet de 0,20 m, aucune flèche supérieure à 2 mm ne doit être observée après déplacements en tous sens sur la surface du support.
L'état de surface obtenu après dressage à la règle, talochage manuel ou mécanique et lissage au fer est lisse, fin et régulier.
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 35 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 36 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
NOTE
D
es états de surface différents peuvent être prescrits par les DPM (tels que bouchardage ou striage).
4.3.2.2 Cas particulier
où la chape est destinée à recevoir un revêtement de sol collé ou une peinture :
Sous la règle de 2 m, aucune flèche supérieure à 5 mm ne doit être observée après déplacements en tous sens sur la surface de support.
Sous le réglet de 0,20 m, aucune flèche supérieure à 1 mm ne doit être observée après déplacements en tous sens sur la surface du support.
L'état de surface, obtenu après dressage à la règle, talochage manuel ou mécanique et lissage au fer, est lisse, fin et régulier.
Annexe b (informative) extraits de la NF P 63-203-1 ( DTU 51.3 )
3.1.6 Tolérance de l'ouvrage terminé
3.1.6.1 Planéité
Après replanissage des lames à plancher et des planches ou ponçage éventuel des joints entre panneaux et ponçage de l'emplacement des têtes de clous ou de vis, les planéités générales et locales de la paroi plancher doivent assurer aux revêtements un support lisse, exempt de flaches ou bosses, de rigidité et de dureté convenables.
La planéité est jugée satisfaisante lorsqu'une règle de 2 m posée en un endroit quelconque ne révèle pas de flèche supérieure à 5 mm.
3.1.6.2 Joints entre lames, planches et panneaux
Dans tous les cas, un joint existe entre les lames, planches et panneaux ; toutefois si le plancher est posé avec chants collés, cette tolérance n'est pas admise, les joints éventuels devant être mastiqués et poncés par l'entrepreneur.
3.1.6.3 Arase
Lorsque le plancher est posé avant les revêtements de sol des pièces contiguës, l'arase donnée par le trait de niveau du maçon doit être respecté à ± 2 mm près.
Lorsque le plancher est posé après les revêtements de sol des pièces contiguës, les raccords aux seuils doivent se faire sans désaffleurement, compte tenu de l'épaisseur du revêtement de sol indiqué par le maître d'oeuvre.
Annexe c (informative) notice d'utilisation de la colle
La notice établie par le fabricant de colle, à l'usage des applicateurs, doit comporter au moins les renseignements suivants :
C.1 famille d'adhésifs par référence à la NF T 76-011
- Adhésifs à l'eau ;
- adhésifs en émulsion (dispersion aqueuse) ;
- adhésifs à solvants organiques ;
- adhésifs sans solvant ;
- divers.
C.2 informations pratiques
C.2.1 destination du produit
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 37 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
EXEMPLE Revêtement de sol textile avec sous-couche en mousse de latex SBR.
C.2.2 aspect
EXEMPLE Pâte de couleur beige, non granuleuse, inodore. En cas de gel, la pâte devient compacte, la viscosité augmente de façon irréversible, l'étalement du produit est difficile et la colle ne doit pas être utilisée.
C.2.3 mise en oeuvre
- Mode d'application (simple ou double encollage) ;
- outil(s) et mode d'emploi (spatule, rouleau, pistolet) ;
- quantité moyenne de colle à utiliser par mètre carré (en fonction du type d'envers) ;
- temps ouvert pratique à 23 °C et 50 % d'humidité relative (1) ;
- temps de gommage en fonction du type de support et des conditions météorologiques et hygrométriques (1) ;
- température d'utilisation conseillée ;
- nettoyage des outils.
NOTE
(
1) Conformément à la NF T 76-125.
C.2.3.1 conditions de stockage et délai
EXEMPLE Craint le gel - ne pas exposer à des températures supérieures à ... °C.
Délai de stockage : ... mois, la date de fabrication étant indiquée sur les emballages.
C.2.4 réglementation et étiquetage
- Transport ;
- sécurité du travail.
Annexe d (informative) notice d'utilisation du produit de préparation (fiche technique)
La notice établie par le fabricant du produit, à l'usage des applicateurs, doit comporter au moins les renseignements suivants :
D.1 famille de produits
Etablie par référence à la nomenclature connue.
D.2 informations pratiques :
D.2.1 fonction assurée
Par référence au paragraphe 3.2.2
D.2.2 aspect
D.2.3 mise en oeuvre
- Mode d'application ;
- outil(s) et mode d'emploi (spatule, rouleau, pistolet) ;
- quantité moyenne à utiliser par mètre carré (selon le type de support et d'envers) ;
- temps de gommage conventionnel 1;
NOTE 1
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 38 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
1) A 23 °C et 50 % d'humidité relative, conformément à la NF T 76-125.
- températures d'utilisation conseillées ;
- délai d'attente avant pose des dalles en fonction du type de support :
- par temps froid et humide,
- par temps chaud et sec ;
- nettoyage des outils.
D.2.4 conditions de stockage
EXEMPLE Craint le gel ; ne pas exposer à des températures supérieures à ... °C
D.2.5 délai de stockage
... mois, la date de fabrication étant indiquée sur les emballages.
D.2.6 réglementation et étiquetage
- Transport ;
- sécurité du travail.
Annexe e (informative) entretien - maintenance
- En ce qui concerne les revêtements destinés au logement, on se reportera au document « Guide d'entretien des moquettes » édité par le CSTB.
- En ce qui concerne les revêtements destinés aux locaux à usage collectif, on se reportera au document « Guide de maintenance des sols textiles dans les locaux à usage collectif » édité par le CSTB.
Bibliographie
1 Règles professionnelles
- Travaux de dallage : règles professionnelles (édition des annales de l'ITBTP de mars-avril 1990).
2 Autres documents
- « Revêtements de sol : notice sur le classement UPEC et classement UPEC des locaux » (Cahier du CSTB n° 2999, novembre 1997).
- « Guide pour la rénovation des revêtements de sol (cas d'un nouveau revêtement de sol textile) » (Cahier du CSTB n° 2055-1, janvier 1986).
- « Guide d'entretien des moquettes » (édité par le CSTB).
- « Guide de maintenance des sols textiles dans les locaux à usage collectif » (édité par le CSTB).
- « Cahier des prescriptions techniques d'exécution des enduits de lissage des sols intérieurs » (Cahier du CSTB n° 2843, octobre 1995, en cours de révision).
- Fascicule 8 du Cahier des Charges de l'Office des Asphaltes
- Cahier du CSTB n° 913bis, novembre 1969 : « essais de réception des fournitures ».
Liste des documents référencés
#1 - NF EN 1307 (mai 2005) : Revêtements de sol textiles - Classement d'usage des moquettes (Indice de classement : G35-041)
#2 - NF EN 1470 (février 1998) : Revêtements de sol textiles - Classement des revêtements de sol aiguilletés à l'exception des moquettes aiguilletées (Indice de classement : G35-043)
#3 - NF P11-221-1 (DTU 14.1) (mai 2000) : Travaux de bâtiment - Travaux de cuvelage - Partie 1 : Cahier des clauses techniques + Erratum (novembre 2000) (2ème tirage) (Indice de classement : P11-221)
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 39 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
#4 - NF P14-201-1 (DTU 26.2) (mai 1993) : Chapes et dalles à base de liants hydrauliques - Partie 1 : Cahier des clauses techniques + Amendement A1 (décembre 1998) + Amendement A2 (octobre 2000) + Amendement A3 (décembre 2003) (Indice de classement : P14-201-1)
#5 - NF P18-201 (DTU 21) (mars 2004) : Travaux de bâtiment - Exécution des ouvrages en béton - Cahier des clauses techniques (Indice de classement : P18-201)
#6 - NF P52-302-1 (DTU 65.7) (janvier 1986,mai 1993) : Exécution de planchers chauffants par câbles électriques enrobés dans le béton - Partie 1 : Cahier des clauses techniques + Amendement A1 (septembre 1999) (Indice de classement : P52-302-1)
#7 - NF P63-203-1-1 (DTU 51.3) (novembre 2004) : Travaux de bâtiment - Planchers en bois ou en panneaux à base de bois - Partie 1-1 : Cahier des clauses techniques (Indice de classement : P63-203-1-1)
#8 - NF P67-103-1 (DTU 57.1) (avril 1993) : Planchers surélevés (à libre accès) - Eléments constitutifs - Exécution - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de classement : P67-103-1)
#9 - NF P67-103-2 (DTU 57.1) (avril 1993) : Planchers surélevés (à libre accès) - Eléments constitutifs - Exécution - Partie 2 : ahier des clauses spéciales (Indice de classement : P67-103-2)
C
Liste des figures
Figure 1 - Bande d'ancrage fixée par clouage
Figure 2 mise en place de la thibaude
Figure 3 mise en place du revêtement de sol
Figure 4 exécution d'un joint par bande thermocollante
Figure 5 mise sous tension du revêtement de sol
Figure 6
Figure 7 arasement du revêtement de sol le long de la plinthe (1)
Figure 8 arasement du revêtement de sol le long de la plinthe (2)
Figure 9 mise en place de la réserve en prévision des remontées ultérieures du revêtement de sol en cours d'usure
Figure 10 pose du passage sur escalier tournant
Figure 11 tension du revêtement dans le cas d'une pose en escalier
Figure 12 axe de foulée
Figure 13
Figure 14 mise en place du revêtement de sol dans un escalier tournant pour les escaliers droits
Figure 15 passage demi-croisé
Figure 16 passage croisé
Figure 17 pose tendue en plein
Figure 18 pose collée en plein
Figure 19
Liste des tableaux
Tableau de l'article : 5.2.1.3.1 emploi d'un enduit de lissage ou de ragréage autolissant
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 40 sur 40
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de
classement : P62-202-1)
les envers des revêtements de sol textiles sont définis dans la NF G 35-033. Types de colle utilisables en fonction des envers
Tableau de l'article : 5.2.2 parements des surfaces de dalles et planchers

 

12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 1 sur 4
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-2 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 2 : Cahier des clauses spéciales (Indice de classement :
P62-202-2)
norme française
NF P 62-202-2
avril 2001
Référence DTU 53.1
travaux de bâtiment
revêtements de sol textiles
partie 2 : cahier des clauses spéciales
E : building works - textile floor coverings - part 2 : special clauses
D : Bauarbeit - Textile Fußbodenbeläge - Teil 2 : Sondervorschriften
Statut
Norme française homologuée par décision du Directeur Général d'AFNOR le 20 février 2001 pour prendre effet le 20 avril 2001.
Remplace la norme homologuée NF P 62-202-2, de mai 1993 (Référence DTU 53.1).
Par rapport au document remplacé, ajout de l'article 2 « Références normatives », changement de l'article « Documents particuliers du marché » par un article 3 « Précisions nécessaires à l'exécution des travaux » et modification de l'article « Consistance des ravaux ».
t
Correspondances
A
la date de publication du présent document, il n'existe pas de travaux européens ou internationaux traitant du même sujet.
Analyse
Le présent document propose les clauses administratives spéciales à insérer dans un marché de travaux de revêtements de sol extiles visés par la norme NF P 62-202-1 (Référence DTU 53.1 - Cahier des clauses techniques).
t
Descripteurs
Thésaurus International Technique : marché de travaux, revêtement de sol, revêtement en textile, dalle de revêtement, pose, collage, spécification de matière, colle, textile, support, conditions requises pour exploitation, mise en oeuvre, notice technique, lanification.
p
© AFNOR 2001
Membres de la commission de normalisation
Président : M MICARD
Secrétariat : M LAINE - BNTEC/UNRST
MME ANTOINE FORBO TAPIS INTERTUFT
- M BALCON SOCOTEC
- BEAUFILS SNI
- BERLEMONT BOULENGER SA REPRESENTANT UNRST
- COLOMBEL BONAR FLOORS
MME COUTANT CSTB
- M CREMONT REPRESENTANT UNRST
- DE BELLOY SYNDICAT NATIONAL DES MORTIERS INDUSTRIELS
MME DE BROISSIA SFEC
- M DEMANGE BNBA
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 2 sur 4
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-2 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 2 : Cahier des clauses spéciales (Indice de classement :
P62-202-2)
- DEVILLEBICHOT EGF.BTP
- DURAND UMGO
- JOUBERT EFI REPRESENTANT UNRST
- LEBLANC SERDIB REPRESENTANT UNRST
- LEGO UNFCMP
- LEVEUGLE INTERFACE EUROPE SA
- MARQUE BALSAN
- MASSON BUREAU VERITAS
- MICARD JCM MOQUETTES REPRESENTANT UNRST
- MINASSIAN UFTF
- PERNIER MINISTERE DE L'EQUIPEMENT, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT - DAEI
- PICHARD AKZO NOBEL CEGECOL SNC
- PINCON BNTEC
- PINON CEBTP
- PITOT-BELIN ESCO FRANCE
- RICHARD TARKETT SOMMER SA
MME SALIMBENI CSTB
- M SASSOT CETEN-APAVE
- TESTAUD TESTAUD SA
MME TORCHIA AFNOR
M VERSINO GAMMA INDUSTRIES
M
ME VETTER CSTB
Sommaire
1 Domaine d'application
2 Références normatives
3 Précisions nécessaires à l'exécution des travaux
4 Consistance des travaux
5 Locaux de dépôt pour approvisionnement sur chantier
6 Mise à exécution des travaux, état du chantier
6.1
6.2
6
.3
1 Domaine d'application
Le présent document a pour objet de définir les clauses administratives spéciales aux marchés privés de travaux de revêtements de sol textiles auxquels est applicable la NF P 62-202-1 (Référence DTU 53.1 - Cahier des Clauses Techniques).
2 Références normatives
Le présent document comporte par référence datée ou non datée des dispositions d'autres publications. Ces références normatives sont citées aux endroits appropriés dans le texte et les publications sont énumérées ci-après. Pour les références datées, les
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 3 sur 4
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-2 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 2 : Cahier des clauses spéciales (Indice de classement :
P62-202-2)
amendements ou révisions ultérieurs de l'une quelconque de ces publications ne s'appliquent à ce document que s'ils y ont été incorporés par amendement ou révision. Pour les références non datées, la dernière édition de la publication à laquelle il est fait référence s'applique.
NF P 62-202-1 (Référence DTU 53.1) : Travaux de bâtiment - Revêtements de sol textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques.
NF P 03-001 , Marchés privés - Cahiers types - Cahier des clauses administratives générales applicable aux travaux de bâtiment faisant l'objet de marchés privés.
3 Précisions nécessaires à l'exécution des travaux
- Si les documents particuliers du marché n'ont pas précisé les points suivants :
- le mode de pose,
- la largeur des lés ou les dimensions des dalles du revêtement,
- la disposition générale des lés ou dalles, leur coloris, leur dessin ou l'absence de motifs,
- les caractéristiques de la thibaude,
l'entrepreneur demande au maître d'oeuvre de lui donner ces précisions.
Faute de réponse dans le délai de 15 jours, l'entrepreneur fait des propositions. Sans réponse dans les 21 jours, ces propositions sont réputées acceptées.
- Si les documents particuliers du marché sont insuffisamment précis sur la nature et l'état de surface du support, l'entrepreneur est habilité à poser la question à l'entreprise chargée de l'exécution du support.
4 Consistance des travaux
Les travaux de revêtements de sol textiles sur supports neufs comprennent dans tous les cas :
- la fourniture et l'application d'un enduit de lissage et de l'adhésif dans le cas de la pose collée ;
- la fourniture et l'application d'un produit de préparation dans le cas de la pose de dalles plombantes amovibles ;
- la fourniture et la pose de la thibaude en cas de pose tendue ;
- la fourniture et la pose des revêtements de sol textiles proprement dits ;
- la fourniture et la pose des matériels annexes tels que bandes d'ancrage et tringles pour la pose tendue ainsi que barres de seuil ;
- la livraison du revêtement dans un bon état de propreté, sans taches de colle et de déchets provenant de la pose.
Ils comprennent également, si les documents particuliers du marché le précisent :
- la fourniture et la pose d'un écran antipoussière dans le cas d'une pose tendue sur parquet ancien ;
- la fourniture et la pose de la protection de l'ouvrage après la pose du revêtement.
Ils ne comprennent pas les travaux d'ajustage éventuel des portes.
NOTE
La pose sur des supports anciens peut nécessiter des prestations particulières, lesquelles ne sont pas toutes précisées dans le résent document.
p
5 Locaux de dépôt pour approvisionnement sur chantier
L'entrepreneur stocke les revêtements de sol textiles approvisionnés sur chantier dans les locaux qui lui sont désignés par le maître d'ouvrage, ces locaux devant répondre aux conditions de l'article 6.1.1 du CCT.
6 Mise à exécution des travaux, état du chantier
6.1
12/03/2007 © 2006 CSTB - Imprimé par : ACEE Page 4 sur 4
CD-Reef V3 - Édition 146 - Décembre 2006
Document : NF P62-202-2 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol
textiles - Partie 2 : Cahier des clauses spéciales (Indice de classement :
P62-202-2)
L'entrepreneur doit être associé, en ce qui le concerne, à l'établissement et à la mise à jour du planning des travaux.
Le maître d'oeuvre fait connaître à l'entrepreneur la date à laquelle l'état du chantier permettra de commencer les travaux.
Il appartient à l'entrepreneur de s'assurer auprès du maître d'oeuvre que les conditions de chantier, définies au paragraphe 5.1 du CCT, sont remplies.
6.2
Si l'entrepreneur constate que les conditions ou les exigences précitées, relatives au support, ne sont pas remplies, il en informe le maître d'oeuvre, au plus tard à la date fixée comme début d'exécution sur chantier des travaux, et sursoit à l'exécution dans l'attente de la mise en conformité.
La décision du maître d'oeuvre fait alors l'objet d'un nouvel ordre de service qui traite du nouveau délai d'exécution.
6.3
Les frais correspondant au séchage ou au chauffage des locaux sont répartis dans les conditions prévues par la NF P 03-001 (annexe A, paragraphe 3.4).
Liste des documents référencés
#1 - NF P62-202-1 (DTU 53.1) (avril 2001) : Revêtements de sol textiles - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de classement : P62-202-1)
#2 - NF P03-001 (décembre 2000) : Marchés privés - Cahiers types - Cahier des clauses administratives générales (CCAG) pplicable aux travaux de bâtiment faisant l'objet de marchés privés (Indice de classement : P03-001)
a

 

Contact direct
N.MARKOSKI 06.63.35.94.35.

Saint-Orennaise de Peinture
18, rue des Bruyères
31650 SAINT-ORENS DE GAMEVILLE

Fax: 05.61.75.72.34.
mail: so.peinture@yahoo.fr

Siret: 412 624 421 00035
Code APE 4334Z
N°RM 1057.09.31 Toulouse
TVA intra FR15412624421
Entreprise générale de peinture et revêtements muraux Toulouse et agglomération

Retrouvez-nous également sur notre page facebook fb_icon_325x325

Les plus
Devis gratuit et sans engagement
Estimation de prix rapide
TVA à 10,0% pour les travaux de rénovation
Assurances RC & Décennale
Respect des délais d'intervention
Entreprise générale peinture spécialisée principalement pour les travaux de peinture et revêtements muraux et sols souples Toulouse entreprise peinture

Coaching peinture Toulouse
Formule rencontre avec établissement d'un cahier de charge, définition du projet, conseil de mise en oeuvre, cohérence du projet, établissement d'une liste des matériaux et matétiel nécessaires à la bonne exécution des travaux - Forfait 85,00 euros TTC
Suivi personnalisé à la demande pour réussir votre entreprise de peinture

Vente peinture Toulouse et agglomération
Qualité professionnelle:
Blanc mat en 16 litres: 110,00 euros TTC soit 6,88 euros le litre
Blanc velouté en 16 litres: 115,00 euros TTC soit 7,19 euros le litre
Blanc satiné en 16 litres: 135,00 euros TTC soit 8,44 euros le litre
Livraison à domicile incluse dans un rayon de 30km du siège social

Secteur d'intervention
Toulouse & agglomération
Saint-Orens, Labège, Escalquens
Balma, Ramonville, Auzielle
Pompertuzat, Belberaud, Odars
Vigoulet Auzil, Flourens, Mons
Labastide Beauvoir, Aigrefeuille
Pin Balma, Drémil Lafage, Lanta
Fourquevaux, Lauzerville
Montlaur, Vieille Toulouse
Auzeville, Castanet-Tolosan
Quint Fonsegrives et plus...

Activités entreprise
Peinture intérieure, peinture extérieure, décoration, ravalement décoratif de façade, isolation thérmique par l'extérieur, travaux neufs, rénovation, tous types de supports, tous types de revêtements muraux, peintures spéciales, Toulouse entreprise peinture, nettoyage de fin de chantier.
Travaux respectants les DTU suivants:
DTU 59.1 Travaux de peinture des bâtiments
DTU 59.2 Revêtements plastiques épais sur béton et enduits à base de liants hydrauliques.
DTU 59.3 Peinture de sols
DTU 59.4 Mise en oeuvre des papiers peints et des revêtements muraux
DTU 53.1 Revêtements de sol textiles
DTU 53.2 Revêtements de sol plastiques collés
DTU 54.1 Revêtements de sol coulés à base de résine de synthèse